Page:Doin - Trois pièces comiques propres à être jouées dans les collèges, maisons d'éducation, 1871.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
49

pourra faire quelques mûres réflexions sur son passé et méditer sur l’avenir qui s’ouvre devant lui, comme l’horizon quand le soleil, le firmament et…


Plumet (l’interrompant)

Pardon, Mr. Griffard, tout est fini, tout est pardonné et comme je vous le disais dans ma lettre ce matin, c’était un tour que je voulais jouer à mon drôle de Jocrisse, une peur que je voulais lui faire ; ainsi vous pouvez quitter votre mine sévère (lui montrant Jocrisse qui est derrière Scopette et qui rit aux éclats). Tenez le voilà, j’en ai été pour mon vin de champagne.


Griffard

Comment ? c’est là Jocrisse ? Eh ! mais vous êtes celui qui ce matin m’avez lu votre signalement ?


Tous (riant)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah !


Jocrisse, (en riant)

Oui, Mr. Griffard, et comme je vous le disais tantôt, il est trop tard pour prendre le canard ?… je vous ai un peu dérouté, mais armistie générale, pardonnez vous ?


Griffard

Ma foi, je ne suis pas si méchant que j’en ai l’air, j’oublie tout.


Plumet

Eh bien, mes amis, laissons de côté les distances, allons tous à l’hôtel de l’oie rouge où un copieux souper nous attend et là, nous oublierons dans la joie les folies de cette journée !


Jocrisse

Bravo ! Alors, vive la joie et les pommes de terre !