Page:Doin - Trois pièces comiques propres à être jouées dans les collèges, maisons d'éducation, 1871.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
6


Lagouèpe (soupirant)

Allons, t’es comme moi, dans la plus grande débine.


Camerluche

Oui !… Mais dame aussi, en vlà t’y une chouette débauche depuis trois grandes semaines que nous avons quitté le chantier de Mr. Bois-sec l’entrepreneur charpentier de Marly.


Lagouèpe

Oh ! oui, une fière débauche, t’as pas à t’plaindre, — on s’en est y donné d’la fine gibelotte.


Camerluche

Et la fine omelette sautée.


Lagouèpe

Et ces bons rognons sautés… Ah !


Camerluche

Et la salade piquée à l’huile d’olive… oh !


Lagouèpe

Et les sardines fraîches de Neuilly, baignées dans la graisse d’oie… ah !


Camerluche

Tu comptes pas l’vin au cachet vert.


Ensemble

Ah ! Ah !


Camerluche

Ah ! quelle belle vie !… Mais ça trop tôt fini.


Lagouèpe

Oui, oui, trop tôt… Voyons, comben qu’t’avais quand nous avons déserté le chantier ?