Page:Dolomieu - Mémoire sur les tremblemens de terre de la Calabre.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui porter la moindre conſolation, & il conſerve, juſqu’au dernier ſoupir, l’idée atroce & deſeſperante, de n’avoir jamais connu & aimé ſur la terre, que des monſtres & des ingrats. Mais ſi le feu joint ſes ravages a ceux de la terre ébranlée, a quel nouveau genre de ſuplice n’eſt-il pas condamné ? L’incendie gagne lentement les charpentes & les bois des édifices écroulés ; le feu s’approche, & ce ſeroit en vain qu’il tenteroit de l’éviter ; il en eſt atteint, il éprouve la mort lente & cruelle reſervée aux ſacrileges & aux régicides 13.1, & il maudit avec raiſon une deſtinée, qui confond l’inocent & le ſcelerat.

Tel



tion dans leur douleur. Cet adouciſſement dans leurs malheurs leur étoit même refuſé, puiſque les cris ſouterrains ſe ſont quelquefois fait entendre, pendant pluſieurs jours de ſuite.

Des familles entieres ſe ſont trouvées enſevelies, ſans qu’un ſeul individu ait échapé ; alors, on paſſoit ſur les tombeaux qui les renfermoient vivanſ ; on reconnoiſſoit leur voix, & leur ſort n’arrachoit pas une larme. A terra nova, 4 auguſtins réfugiés fous une voute de ſacriſtie, qui avoit réſiſté au poids immenſe des débris, qui s’étoient entaſſés au deſſus, firent pendant quatre jours retentir ces ruines de leurs cris ; mais de tout le couvent, un ſeul s’etoit ſauvé ; que pouvoit-il contre l’immenſité des matériaux, qui enſeveliſſoient ſes confrères ? Leur voix s’éteignit peu a peu, & pluſieurs jours apres, ces quatre corps furent trouvés, ſe tenant embraſſés.

Plus de la moitié de ceux, qui furent écraſés fous la Ville de terra nova ſont demeurés au milieu des ruines, & lorſque je les ai parcouru le 20 Février 1784, il s’en exhaloit une odeur infecte & inſoutenable.

13.1. Lorſque la Ville d’Opido fut raſée par leſ ſecouſſes, & les ſoubreſauts les plus violents, le feu gagna ſucceſſivement les charpentes des maiſons renverſées, & s’établit ſur une partie de la Ville ; il ne fut donc pas poſſible d’y porter aucun ſecours, & preſque tous ceux, qui auroient echapé aux ruines, furent les victimes des flames. Vingt religieuſes de ſainte Claire furent trouvées calcinées fous les débris de leur couvent.