Page:Dolomieu - Mémoire sur les tremblemens de terre de la Calabre.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reſsembloit a l’effort d’une mine qui n’auroit pas eu la force de faire exploſion. Il ſemble que pour lors le volcan s’ouvrit un libre paſsage pour l’expanſion de ſes vapeurs, & qu’elles y ayent depuis circulé librement, puiſque pendant 1783, l’ébranlement a été preſque nul, ſur cette partie de la coſte de Sicile dans le même tems, que Meſſine enſeveliſsoit ſous ſes ruines une partie de ſes habitans.


FIN.