Page:Donnay - Autour du Chat Noir, 1926.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sa beauté m’excite ;
Sur les pentes du Parnasse,
Soudain je l’embrasse ;
Dans l’île de Ténédos
Ell’ tomb’ sur le dos.

« C’est une chose capitale, .
« Dit-ell’, que tu viens d’ me ravir.
« Je 'Je ne puis plus être vestale,
« Par l’hymen il faut nous unir. »
Nous revînmes donc vers Athènes,
Mais, par Bacchos, en revenant,
J’la trouvai, chose certaine,
Beaucoup moins bonn’ qu’en allant
— Car sous les murs de Mycènes
Ell’ me fait un’ scène ;
En débarquant dans Ithaque
Ell’ m’envoie un’ claque ;
Au passag’ des Thermopyles
On se flanqu’ des piles ;
Bref quand nous fûm’s à Phalère,
J’ai lâché Glycère !


Tout à coup l’ombre se fait dans la salle. Les esclaves ont emporté les lampes d’argile brûlant sur les trépieds d’airain ; et le cabaretier Lissas, d’une voix enrouée mais puissante, annonce en ces termes : Citoyens, Chevaliers, Archontes ; j’ai la joie de vous annoncer que