Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/225

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Comment ? Vous ne croyez pas en Dieu ?

— Au contraire, je n’ai rien contre Dieu. Certes Dieu n’est qu’une hypothèse… Mais j’accepte que son existence est nécessaire pour l’ordre sur cette terre, et cœtera… Et même que s’il n’existait pas il faudrait l’inventer, ajouta-t-il en rougissant.

L’idée lui vint alors qu’Alexey pouvait penser qu’il voulait faire montre de ses connaissances et prouver qu’il était un grand.

« Je ne veux pas du tout me vanter de ce que je sais, pensait Kolia, » et le dépit l’envahissait.

— Je vous avoue que je n’aime pas à entrer dans toutes ces discussions. On peut bien, n’est-ce pas, sans croire en Dieu, aimer l’humanité. Voltaire, par exemple, ne croyait pas en Dieu ; il aimait cependant l’humanité.

—