Page:Dottin - La religion des Celtes.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

possible que toutes les tribus gauloises que César nous représente comme différant entre elles par la langue, les mœurs et les lois[1], aient eu les mêmes cinq divinités ? Quels étaient les noms de ces dieux et de cette déesse dans la langue des Celtes ? Une assimilation aussi complète entre ces cinq divinités et cinq divinités romaines est-elle vraisemblable ? On est tenté de rappeler l’opinion d’Asinius Pollion qui pensait que les Commentaires de César étaient composés avec peu de soin et d’exactitude ; César aurait étourdiment ajouté foi la plupart du temps à ce qu’on lui racontait des actions des autres et quant à ce qu’il avait fait lui-même, il l’avait mal rapporté, soit à dessein, soit faute de mémoire[2]. Mais César lui-même prend soin de nous avertir que ces assimilations ne sont que des à peu près : de his eandem fere quam reliquæ gentes habent opinionem ; et il assimile les attributs des dieux celtiques non pas tant à ceux des dieux romains qu’à ceux des dieux des autres nations.

Quoiqu’il en soit, César ne nous donne des dieux gaulois qu’une physionomie incomplète, sinon inexacte. La plupart des auteurs de l’antiquité ne font pas preuve d’un sens critique plus affiné. Au temps des migrations des Gaulois, leur plus grand dieu semble Arès-Mars[3]. Chez les Insubres, il y a un temple d’Athéna où l’on abrite les enseignes de guerre[4]. En 223, des Celtes vouent à Vulcain les armes romaines[5]. Il faudrait donc ajouter au panthéon celtique restitué par César, un sixième dieu qui pourrait être assimilé au Vulcain romain.

Peut-être aussi faut il compter au nombre des dieux

  1. Ibid., I, 1.
  2. Suétone, César, 56.
  3. Callimaque, iv, 173 ; Florus, i, 20; Silius Italicus, iv, 200-202 ; Ammien Marcellin, xxvii, 4, 4.
  4. Polybe, ii, 32. Cf. Justin, xliii, 5, 5.
  5. Florus, i, 20.