Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 10 —

cheveux frisés, voix rauque, cet homme n’était autre que le grand Marga.

— Il fait chaud, disait la voix rauque.

— Oui, disait Grenier de sa voix sourde.

— Ça, c’est pour m’attaquer, dit Joessin à celui-ci, à mi-voix. Si je lui réponds, tu me promets de nous laisser faire ?

— Tu me le promets ?

— Oui, tant que tu voudras, dit Grenier.

Alors, Joessin cria à Marga :

— Il fait chaud, mais il pourrait encore faire plus chaud que ça, si c’est pour Joessin que tu parles.

C’était vrai, le colosse avait bien prononcé son il fait chaud sur un ton ironique ; il descendit la côte en grommelant des mots, entre coupés de jurons sérieux, dont le sens pouvait se traduire par : je me saoule pas comme lui, et je ne travaille pas le lendemain sans manger au moins du pain et de la graisse. L’explication de part et d’autre ne fut