Page:Dousseau - Grenade, 1872.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 9 —

la plus gaie, du moins, et peut-être la plus ancienne. 54,000 habitants, pas de port proprement dit, mais rade sûre et commode, et marine active ; remarquez les nombreux miradores (belvédères) d’où les négociants se plaisent à voir de haut et de loin leurs flottantes richesses ; et l’Alameda, qui fait tout le tour du rocher, promenade délicieuse lorsque les brises du soir ont enfin dompté les fureurs d’un soleil plus ardent ici que partout ailleurs en Espagne. — Alors les pimpantes et gracieuses gaditanes viennent décorer la promenade des murs ; elles sont charmantes, le savent très bien et ne s’offensent point qu’on les trouve telles, — Cadix est une pierre brute recouverte d’une pierre précieuse ; une oasis cher aux nymphes de la mer, mais comme Venise, privée de toute nymphe bocagère.

Tout autre chose est ce formidable roc de Gibraltar et son entourage d’engins de destruction ; dangereux repaire d’un Rodomont étranger, passé maître en contrebande et en mauvaises raisons ; enfin hôte fort incommode, que l’Espagne souffre chez elle parce que ses moyens ne lui permettent pas de l’en chasser. — Nous avons fait ample connaissance avec ce personnage, et nous avons pris la liberté grande d’en parler sans cérémonie dans le volume publié par notre Société en 1868 — avant de quitter le détroit faussement dit de Gibraltar, répétons qu’en conscience on devrait dire de Tarifa — car à Tarifa se trouve l’Estrecho, l’étroitesse, et cette moindre distance entre l’Europe et l’Afrique est précisément cette de notre église Notre Dame à la nouvelle Notre-Dame des-Flots, de Trouville, 3 lieues et demie kilométriques ; — autre remarque : c’est au bord de cette petite rivière, le Salado, dont nous avons vu l’embouchure un peu avant de passer devant Tarifa, qu’eut lieu, en 1340, la sanglante bataille où furent défaits les Maures mérinides ; événement qui ne laissa plus subsister de puissance mauresque en Espagne que le royaume de Grenade, nécessairement condamné à succomber à son tour.

Reprenant la mer et quittant l’Océan pour la Méditerranée