Page:Doyle - Jim Harrison, Boxeur, trad Savine, 1910.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


occupés de toilettes et de futilités, en une heure aussi grave pour la vie nationale anglaise.

Qu’à côté de l’entretien de cet idéal de bravoure et d’endurance, il y eût comme revers de la médaille la brutalité des mœurs, la démoralisation qu’amène l’intervention de l’argent dans ce qui est humain, Conan Doyle ne le nie certes pas, mais la corruption des meilleures choses ne prouve pas qu’elles n’ont pas été bonnes.

Si nos pères n’ont pas compris le système anglais, s’ils n’ont voulu y voir que les boucheries que raillait le chansonnier Béranger, les hommes de notre génération ont vu plus équitablement. Ils ont donné à la boxe son droit de cité en France et réparé l’injustice de leurs prédécesseurs.

Voila pourquoi, en écrivant Jim Harrison boxeur, Conan Doyle a bien mérité aux yeux de tous ceux, amateurs ou professionnels, qui se sont de nos jours passionnés pour la boxe. Jim Harrison boxeur est donc certain de trouver parmi eux de nombreux lecteurs, outre ceux qui sont déjà les fidèles résolus du romancier anglais, toujours assurés de trouver dans son œuvre un intérêt palpitant et des émotions saines.

ALBERT SAVINE.

Avril 1910.