Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/240

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
240
LA NOUVELLE CHRONIQUE

pendait au coin de sa bouche ; son premier soin fut de frotter une allumette pour le rallumer.

— Alors, nous nous apprêtons à décamper ? fit-il, en inspectant le cabinet d’un regard circulaire.

Et ses yeux ayant rencontré le coffre, d’où le rideau était toujours écarté :

— Dites donc, maître, ce n’est pas là que vous gardez vos papiers, je suppose ?

— Pourquoi pas ?

— Bon Dieu ! dans un machin pareil, ouvert à tout venant ! Et quand vous passez pour un espion ! Mais avec un tire-bouchon le moindre cambrioleur yankee en ferait son affaire ! Si j’avais pu me douter que mes lettres ne fussent pas mieux protégées, j’aurais été un grand fou de vous en écrire une !

— Je défie bien tous vos cambrioleurs de forcer ce coffre, répondit von Bork. Aucun outil n’en pénétrerait le métal.

— Mais la serrure ?

— Serrure à double combinaison. Vous savez ce que cela veut dire ?

— Pas plus que ça, dit l’Américain, avec un haussement d’épaules.

— Eh bien, pour la faire jouer, il vous faut un mot et un nombre à plusieurs chiffres.

Von Bork, se levant, montra le double disque qui rayonnait autour de la serrure.

— Le disque intérieur est pour les chiffres, le disque extérieur pour les lettres.

— Ah ! ça, ma foi, c’est bien !

— De sorte que l’opération ne va pas toute seule. Il y a quatre ans que j’ai ce meuble ; et que croyez-vous que j’aie choisi comme mot et comme nombre ?

— Je ne vois pas.