Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/241

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
241
DE SHERLOCK HOLMES

— Comme mot, « Août » ; comme nombre « 1914 ». Août 1914, nous y sommes.

La face de l’Américain exprima une surprise mêlée d’admiration.

— Chouette, alors ! C’était de la clairvoyance.

— Oui. Peu d’entre nous, à ce moment, auraient deviné cette date. Nous y sommes, je le répète ; je ferme boutique demain matin.

— J’espère que vous n’allez pas me planter là. Je ne me soucie pas de rester en panne dans ce satané pays. D’ici une semaine, John Bull sera sur ses pattes de derrière et fera de jolies gambades ! Je goûterai mieux ce spectacle une fois passé l’eau.

— Mais vous êtes citoyen américain.

Jack James l’était aussi, n’empêche qu’on l’a logé à Portland. Vous avez beau vous dire citoyen américain, ça laisse l’Anglais très froid. À propos de Jack James, il ne me semble pas, maître, que vous vous préoccupiez beaucoup de couvrir vos hommes ?

— Qu’est-ce à dire ? interrogea von Bork, d’un ton piqué.

— Ils vous servent, n’est-ce pas ? À vous de voir qu’ils ne fassent pas la culbute. Ils la font, pourtant, et quand est-ce que vous les ramassez ? Voilà James…

— James ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Vous le savez, il n’en faisait qu’à sa tête.

— Il est cabochard, je vous l’accorde. Mais, après James, il y a eu Hollis.

— Un braque.

— Soit, il déraillait un peu vers la fin. C’est assez pour vous brouiller la cervelle d’un homme que d’avoir à jouer un rôle du matin au soir, sous la menace permanente des flics. Mais il y a encore Steiner.

Von Bork fit un sursaut, et, de rouge, devint pâle.