Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/243

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
243
DE SHERLOCK HOLMES

Von Bork se dressa d’une pièce.

— Vous insinuez que je lâche mes hommes ?

— Non, maître. Mais je prétends qu’il y a quelque part un vice, une paille. À vous de savoir où. Je ne veux plus courir de chances. Plus tôt je partirai pour la Hollande, mieux cela vaudra.

Von Bork avait dominé sa colère.

— Nous sommes de trop vieux alliés, dit-il, pour nous disputer à l’heure même de la victoire. Vous avez fait du magnifique travail et bravé de gros risques, je ne saurais l’oublier. Allez en Hollande, de là vous pourrez nous rejoindre à Berlin ou vous embarquer à Rotterdam pour New-York. Dans huit jours, Tirpitz se sera mis à l’œuvre, aucune autre ligne de bateaux ne sera sûre. Mais finissons-en, Altamont. Donnez-moi ce livre pour que je l’emballe avec le reste.

L’Américain, tenant toujours le paquet, ne faisait point mine de s’en dessaisir.

— Et la galette ? demanda-t-il.

— Hein ?

— L’argent ? La récompense honnête ? Les cinq cents livres ? Notre compère a fini par devenir terriblement exigeant : « Cent dollars de plus, ou rien de fait », disait-il. Et ça n’était pas de la frime. J’ai dû en passer par les cent dollars. Bref, de tête en queue, j’y suis de mes deux cents livres. Vous ne voulez pas que je lâche la marchandise sans garanties ?

Von Bork sourit d’un air d’amertume.

— Vous avez une piètre idée de ma probité, il me semble. Vous réclamez l’argent avant de remettre le bouquin.

— Eh bien, quoi, maître ! il s’agit d’un marché. Je vous fais une offre.

— Soit !