Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
51
DE SHERLOCK HOLMES

maître que de domestiques. Mon hôte étranger, son valet de chambre étranger, son cuisinier étranger, tout avait disparu dans la nuit. Ainsi finit ma visite à Wisteria Lodge.

Sherlock Holmes se frottait les mains en riant, heureux d’enrichir de ce bizarre numéro sa collection d’incidents bizarres.

— Ce qui vous arrive là, dit-il, est, autant que je sache, parfaitement unique. Puis-je, monsieur, vous demander ce que vous fîtes ensuite ?

— J’étais furieux. D’abord, je me crus la victime de quelque absurde mystification. Je rassemblai mes objets, je sortis de la maison en faisant claquer les portes et je partis, mon sac à la main, pour Esher. Là, je me rendis chez MM. Allan frères, qui sont les principaux agents de location du village ; ils m’apprirent que c’était bien eux qui louaient la villa. Je pensai alors, non pas qu’on m’avait mystifié, mais simplement qu’on avait déménagé à la cloche de bois : nous sommes à la fin de mars, le terme approche. Supposition gratuite, car MM. Allan, tout en me remerciant de les avoir prévenus, me dirent que la location était payée d’avance. Je rentrai dare-dare à Londres et me rendis à l’ambassade d’Espagne ; mon jeune homme y était inconnu. J’allai voir mon ami Melville, chez qui j’avais rencontré Garcia ; il ne le connaissait guère mieux que moi. Finalement, je n’ai plus attendu, pour venir vous trouver, que d’avoir votre réponse à mon télégramme : je sais, en effet, que vous êtes d’un avis précieux dans les cas difficiles. Et maintenant, monsieur l’inspecteur, je présume, d’après ce que vous avez dit à votre arrivée, que vous nous apportez la suite de l’histoire, qu’un drame est survenu. Je n’ai pas prononcé un mot qui ne soit la pure vérité.