Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/61

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
61
DE SHERLOCK HOLMES

— Il y a un constable de garde, nous dit Baynes. Je vais frapper à la fenêtre.

Il franchit le terre-plein de gazon et tapa de la main à la vitre. À travers la buée qui la recouvrait, je voyais confusément un homme assis près du feu. Il se leva d’un bond ; en même temps, un grand cri partit de la pièce. Quand, un instant après, le policeman nous ouvrit la porte, il soufflait avec force et la bougie dont il s’éclairait tremblait entre ses doigts.

— Qu’y a-t-il, Walters ? demanda Baynes, vivement.

L’homme essuya son front avec son mouchoir et poussa un long soupir de soulagement.

— Je suis heureux de vous voir, monsieur. La soirée m’a paru longue, et peut-être n’ai-je plus mes nerfs d’autrefois.

— Vos nerfs, Walters ? Je n’aurais jamais pensé que vous eussiez des nerfs.

— Ben, monsieur, c’est la solitude, le silence de cette maison, et aussi la drôle de chose dans la cuisine. Quand vous avez cogné à la vitre, j’ai cru que l’apparition revenait.

— Quoi ? qu’est-ce qui revenait ?

— Le diable, autant dire. À la fenêtre.

— À la fenêtre, le diable ? Quand ?

— Il y a tout juste deux heures. Le jour déclinait. Je lisais, là, sur cette chaise. Je ne sais pas ce qui me fit lever la tête : il y avait une figure qui regardait à l’intérieur par le carreau du bas. Seigneur ! quelle figure ! Elle me poursuivra dans mes rêves !

— Allons, allons ! Walters, vous ne parlez point comme un constable.

— C’est vrai, monsieur, c’est vrai, mais à quoi bon le nier ? J’en ai eu une secousse. Ça n’était pas noir, monsieur, ni blanc, ni d’aucune couleur que je con-