Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/62

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
62
LA NOUVELLE CHRONIQUE

naisse. Imaginez une ombre baroque, qui semblait d’argile, avec des éclaboussures de lait. Et sa taille ! deux fois la vôtre. Et puis aussi ses yeux ! des yeux énormes, à fleur de tête. Et les dents blanches d’une bête affamée. Je l’avoue, monsieur, je ne fus pas capable de bouger un doigt ni de respirer avant d’avoir vu la chose disparaître. Alors je courus au dehors, à travers le fouillis d’arbustes ; mais, Dieu merci ! je ne trouvai rien.

— Si je ne vous savais un homme brave, Walters, je serais tenté, pour ce mot-là, de vous donner une mauvaise note. Eût-il affaire au diable, un constable de service ne devrait pas dire : « Dieu merci ! » avant de lui avoir mis le grappin dessus. J’aime à croire que vous n’avez pas eu la berlue et que vous n’êtes pas victime de vos nerfs.

— Il est facile de nous en assurer, dit Holmes, allumant sa petite lanterne de poche.

Et après avoir examiné la bordure du gazon :

— Empreintes d’un pied presque démesuré, annonça-t-il. Pour peu que le reste fût à l’échelle, l’homme était un géant.

— Qu’a-t-il pu devenir ?

— Il aura probablement traversé le taillis et gagné la route.

— Quel que soit cet individu et quoi qu’il se propose, dit l’inspecteur, pensif, le voilà parti ; nous n’avons pas à nous laisser détourner de préoccupations plus immédiates. Si vous le voulez bien, monsieur Holmes, nous allons faire le tour de la maison.

Les chambres, le salon avaient été soumis à une visite sévère, mais infructueuse. Apparemment, ce qu’avaient pu apporter les locataires était peu de chose ; les moindres objets mobiliers appartenaient à l’im-