Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/67

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
67
DE SHERLOCK HOLMES

la nuit dernière et se rapportant au meurtre d’Oxshott. On se rappelle que M. Garcia, de Wisteria Lodge, avait été trouvé mort sur un terrain vague appartenant à la commune, que son corps portait les traces des plus affreuses violences, et que, la nuit même du meurtre, son valet de chambre et son cuisinier avaient fui, ce qui semblait démontrer leur participation au crime. Si, comme on l’a prétendu, le défunt avait chez lui des objets de valeur, et si, par suite, le crime a eu le vol pour mobile, le fait reste encore à prouver. L’inspecteur Baynes, chargé des recherches, était fondé à croire que les fugitifs n’avaient pu aller très loin, qu’ils se cachaient dans une retraite préparée d’avance ; aussi n’a-t-il négligé aucun effort pour les découvrir. On était, d’ailleurs, dès le début de l’affaire, certain d’y parvenir, car plusieurs fournisseurs qui avaient eu l’occasion d’apercevoir le jardinier par la fenêtre, s’accordaient à le dépeindre comme un individu particulièrement reconnaissable, un énorme et hideux mulâtre, au teint blafard, au type négroïde accentué.

Le lendemain même du crime, ayant eu l’audace de revenir dans la nuit à Wisteria Lodge, il y fut surpris et poursuivi un moment par l’inspecteur Baynes. Celui-ci, estimant qu’une pareille visite avait un but, et que par conséquent elle se répéterait, quitta la maison après avoir organisé une souricière dans le petit taillis qui borde l’avenue. L’homme donna dans le piège. Il a été capturé la nuit dernière, après une lutte au cours de laquelle le constable Downing fut cruellement mordu. Nous croyons savoir que, lorsque le prisonnier sera traduit devant les magistrats, la police demandera le renvoi des débats. On attend de cette arrestation des suites importantes.