Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
99
DE SHERLOCK HOLMES

— Est-ce que, demanda Holmes, miss Cushing est chez elle ?

— Miss Sarah Cushing est des plus souffrantes, répondit le gentleman. Elle a, depuis hier, des troubles graves dans la tête. Je ne saurais, en tant que son médecin, prendre la responsabilité de lui laisser voir personne. Repassez dans une douzaine de jours.

Sur ces mots, le gentleman se ganta, referma la porte et s’éloigna.

— Eh bien ! fit Holmes gaiement, ce qui est impossible est impossible.

— Peut-être miss Cushing ne vous eût-elle pas dit grand’chose.

— Je n’avais rien à lui demander, je ne voulais que la voir. D’ailleurs, je crois que j’ai, dès maintenant, tout ce que je désire. Menez-nous à un hôtel convenable, cocher. Nous y déjeunerons ; ensuite, nous irons retrouver l’ami Lestrade au bureau de police.

Nous fîmes, tête à tête, Holmes et moi, un petit déjeuner fort agréable, durant lequel il ne m’entretint que de violon. Il me conta sur le mode enthousiaste comment, chez un brocanteur juif de Tottenham Court, il avait acheté, pour cinquante-cinq guinées, un stradivarius authentique qui en valait bien cinq cents. L’après-midi était très avancée, le soleil avait sensiblement perdu de son ardeur et de son éclat, lorsque nous arrivâmes au bureau de police. Lestrade nous guettait à la porte.

— Un télégramme pour vous, monsieur Holmes, dit-il.

— Ah ! bon, la réponse que j’attendais, dit Holmes.

Il ouvrit le télégramme, le parcourut d’un regard, le chiffonna et le fourra dans sa poche.

— Allons, fit-il, ça va bien.