Page:Driant - L’invasion noire 1-Mobilisation africaine,1913.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



PREMIÈRE PARTIE

LA MOBILISATION AFRICAINE

CHAPITRE PREMIER

À la recherche des mines d’or d’Atougha. — Une mission italienne. — Désertion des Noirs. — Surprise nocturne. — Massacre. — Le Sultan Abd-ul-M’hamed. — Guerre à l’Europe. — Assemblée des Chefs africains. — Bûcher funèbre.

Au milieu d’une longue clairière taillée par la nature à l’extrémité nord de la grande forêt du Congo, un cri s’éleva, cri rauque que la peur assourdissait, que dix voix répétèrent et que renvoya aux étoiles l’écho des bois inviolés.

— Aux armes !

Ce cri était poussé en italien.

Des têtes apparurent à l’entrée des tentes ; qu’un faible rayon de lune montrait pressées au milieu d’un enclos défensif d’églantiers géants et d’acacias épineux ; des hommes armés en sortirent, courant à leurs postes de combat : et à une voix, celle du chef de la mission, le comte Anselmo Vitalli demanda :