Page:Du Camp - Paris, tome 5.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous étions prévenus qu’un ballon devait partir, me disait-on, on redoublait d’efforts pour obtenir un gaz d’une pureté irréprochable. » Ces services rendus à la grande cause paraissent n’avoir laissé qu’un souvenir bien fugitif dans la mémoire d’une certaine portion de la population de Paris, car aux derniers jours de la Commune ce fut par miracle et grâce à l’indomptable énergie des employés que l’usine put échapper à la folie des incendiaires.

Appendice.La consommation du gaz augmente dans une mesure constante et prouve que la population s’accoutume de plus en plus à ce mode de chauffage et d’éclairage. En 1875 les dix usines de la Compagnie parisienne ont fabriqué 154 397 118 mètres cubes de gaz, qui ont produit la somme de 38 081 519 francs 43 centimes ; le nombre des abonnés s’est élevé au chiffre de 99 665 et les appareils d’éclairage public, y compris ceux de la banlieue, sont au nombre de 36 573. La proportion tend toujours à s’accroître et deviendra réellement imposante lorsque le chauffage et la cuisine au gaz seront définitivement entrés dans nos mœurs.