Page:Du Camp - Paris, tome 5.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mental. — Grand collecteur de la rive droite. — Collecteur des coteaux. — Collecteur de la rive gauche. — La Bièvre. — Plan général. — En dix ans le second Empire fait construire plus de 600 kilomètres d’égouts. — Moellons et pierres meulières. — Ciment hydraulique. — Salubrité. — 6 764 bouches d’égout. — Promenade. — Paris souterrain. — Eau et télégraphie. — La chambre du Châtelet. — Température. — Le vieil égout saint-Denis. — En wagon. — En bateau. — Le Lac de Lamartine. — 12 types différents. — Les orages. — Sauve qui peut ! — 6 730 regards. — Sonorité. — Téléphonie. — De la Pépinière à Asnières. — La montée. — Moyenne du débit journalier. — Les bateaux-vannes. — Le cureur. — Les écluses. — Les bouchons. — Ponts de sauvetage. — Petit égout. — La voûte. — Les barbacanes. — Confluent. — Paysage. — L’embouchure. — « Nés viables. » — Les égouts pendant le siège. — L’opinion publique. — Les armes dans les égouts après la Commune. — Le budget de la ville. — Les égoutiers. — Gascons. — Le plomb. — Les bottes. — Le rat d’égout. — Le ciment l’a chassé. — Invasion kirghize au dix-huitième siècle. — Ridiculus mus. — Surmulot. — Le rat hindou.


Lorsque l’heure fut enfin venue de transformer Paris, on s’occupa des égouts et l’on reconnut qu’ils avaient une étendue de 143 386 mètres pour desservir 423 600 mètres de rues. C’était misérable, et un tel état de choses offrait des dangers auxquels il était urgent de porter remède. L’étude du problème à résoudre fut confiée à M. Belgrand, ingénieur des ponts et chaussées ; il fut le grand maître du Paris souterrain, et c’est à lui que nous devons ce système d’égouts et de collecteurs qui, sous ce rapport du moins, fait de Paris une ville unique au monde. Ce que l’on a retrouvé des égouts de l’ancienne Rome prouve qu’ils ne peuvent soutenir la comparaison avec les nôtres. Les travaux furent commencés en 1855 ; mais ce fut seulement à partir de 1857 que l’on entreprit l’exécution d’un plan scientifique longuement étudié, sagement conçu, disposé selon la topographie du sol parisien, et destiné à glisser sous la ville un réseau d’assainissement qui la débarrassât presque à son insu de toutes ses impuretés. C’est le plus immense drainage qui existe, car pour 850 000 mètres de voies publiques nous possédons 772 846 mètres d’égouts, dont 146 878 mètres représentent les