Page:Du Camp - Souvenirs d’un demi-siècle, tome 1.djvu/176

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

visionnements à l’asile. » Pendant la durée de la guerre, nul soldat allemand ne mit le pied sur le territoire interdit par ordre de « notre Fritz ». On en attribua tout le mérite au Dr Billod, directeur de l’établissement, et on le nomma officier de la Légion d’honneur : il ne l’avait pas volé.