Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



AVERTISSEMENT


J’ai déjà dit ailleurs qu’il n’y a presque point de différence entre la plupart des villes de la Chine, et qu’elles sont assez semblables, de sorte qu’il suffit presque d’en avoir vu une, pour se former l’idée de toutes les autres. Elles sont la plupart de figure carrée, lorsque le terrain le comporte, et environnées de hautes murailles, avec des tours d’espace en espace qui y sont adossées ; elles ont quelquefois des fossés, ou secs, ou pleins d’eau. On y voit d’autres tours ou rondes, ou hexagones, ou octogones, qui ont jusqu’à huit ou neuf étages, des arcs de triomphe dans les rues, d’assez beaux temples consacrés aux idoles, ou des monuments érigés en l’honneur des héros de la nation, et de ceux qui ont rendu quelque service important à l’État et au bien des peuples, enfin quelques édifices publics plus remarquables par leur vaste étendue, que par leur magnificence.

Ajoutez à cela quelques places assez grandes, de longues rues, les unes fort larges, et les autres assez étroites, bordées de maisons à rez de chaussée, ou d’un seul étage. On y voit des boutiques ornées de porcelaines, de soie, et de vernis : devant la porte de chaque boutique est un piédestal, sur lequel est posée une planche haute de sept à huit pieds, peinte ou dorée ; l’on y voit écrit trois gros caractères, que le marchand a choisi pour l’enseigne de sa boutique, et qui la distinguent de toutes les autres : on