Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



QUANG PING FOU. Sixième ville.


Cette ville est située dans la partie méridionale de Peking entre les provinces de Chan tong et de Ho nan. Elle n’a dans sa dépendance que neuf villes du troisième ordre. Tout son territoire est arrosé de diverses rivières qui fournissent de bons poissons. Le pays est agréable et fertile. Du reste on n’y voit rien de remarquable, qui la distingue des autres villes de Chine.


TAI MING FOU. Septième ville.


Il n’y a rien de singulier dans cette ville non plus que dans la précédente, dont elle n’est pas fort éloignée. Les campagnes y sont encore plus fertiles et plus agréables, et ses rivières également poissonneuses. Elle n’a sous sa juridiction qu’une ville du second ordre, et dix-huit du troisième.


YUNG PING FOU. Huitième ville.


La situation de cette ville est fort avantageuse, mais sa juridiction n’est pas d’une grande étendue : elle ne compte dans son ressort qu’une ville du second ordre, et cinq autres du troisième. Elle est environnée de la mer, de rivières, et de montagnes couvertes la plupart de fort beaux arbres. Son terroir en est moins fertile, mais elle trouve dans le golfe voisin, le supplément à ce qui lui manque, et par là elle a en abondance tout ce qui est nécessaire à la vie.

Non loin de cette ville est un fort nommé Chan hai, qui est comme la clef de la province de Leao tong. Ce fort est proche de la grande Muraille, laquelle depuis le boulevard bâti dans la mer, s’étend durant une lieue dans un terrain tout à fait plein. Ce n’est qu’après cette plaine, qu’elle commence à s’élever sur les penchants des montagnes.


SUEN HOA FOU. Neuvième ville.


C’est une ville considérable par sa grandeur, par le nombre de ses habitants, par la beauté de ses rues, et de ses arcs de triomphe. Elle est située au milieu des montagnes, et assez près de la grande Muraille. Deux villes du second ordre, et huit du troisième sont de son ressort ; elle a aussi dans sa dépendance quelques places ou forts élevés le long de la grande Muraille, qui défendent l’entrée de la Tartarie dans la Chine. Les garnisons y sont nombreuses. On tire de ses montagnes de beau cristal, du marbre, et du porphyre.

Parmi les animaux que produit cette contrée, on y trouve quantité