Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


qu’une simple exposition des principaux événements, propres à servir d’instruction ou de modèle à la postérité.

On dira peut-être que le Chu king, qui contient l’histoire de ces premiers temps, et les autres Livres Canoniques, ont péri du temps de Chi hoang ti, qui ordonna sous peine de la vie, de les brûler, et qu’en conséquence, la perte de ces monuments dait rendre l’histoire fort incertaine.

L’objection serait forte, si ces livres infiniment respectés de la nation, eussent été rassemblés dans le même lieu, et qu’il n’eût falut que peu d’heures pour les réduire en cendres. mais ils étaient dispersés dans tout l’Empire et chez tous les lettrés : tous les livres ne furent pas proscrits ; on excepta entr’autres les livres de médecine, et dans le triage qu’on en fit, on trouva le moyen de mettre en sûreté plusieurs exemplaires de ceux qu’on ordonnait de proscrire. Le zèle des lettrés en sauva un bon nombre ; les autres, les tombeaux, les murailles où on les cacha, devinrent un asile contre la tyrannie : peu à peu l’on déterra ces précieux monuments de l’antiquité, et ils reparurent sans aucun risque sous l’Empereur Ven ti, c’est-à-dire, environ 54 ans après l’incendie. Ainsi furent conservés ces livres, nonobstant les ordres rigoureux d’un prince, qui par une fausse politique, ou plutôt par une vanité ridicule, voulait les exterminer de ses Etats.

Je n’ignore pas qu’il parut, il y a quelques années une table chronologique de la Chine, qui ne commence qu’au règne de Lie vang, c’est-à-dire, 424 ans avant J. C. Elle a été dressée par un Seigneur Chinois qui vit encore, et qui était vice roi à Canton, lorsque les