Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



KOUE TE FOU. Seconde ville.


Cette ville est située dans une vaste plaine, et au milieu de deux belles rivières. Son ressort contient sept villes, dont une est du second ordre, et les six autres sont du troisième. Ces villes sont riches et bien peuplées. Le pays est plat, et bien cultivé. On n’y voit aucune montagne. L’air y est très pur, et le terroir fertile en toutes sortes de grains et de fruits ; il y a entr’autres quantité d’orangers et de grenadiers.


TCHANG TE FOU. Troisième ville.


C’est dans la partie la plus septentrionale de la province, laquelle est fort resserrée par les provinces de Pe tche li et de Chan si, qu’est bâtie la ville de Tchang te fou. Ce pays, qui n’est pas d’une grande étendue, est arrosé de plusieurs rivières, lesquelles rendent son terroir gras et fertile. On pêche diverses sortes de poissons dans ces rivières, mais un entre les autres, qui ressemble au crocodile, et qui a cela de singulier, que si l’on brûle de sa graisse, il n’est presque pas possible d’éteindre la flamme, jusqu’à ce que la graisse soit consumée.

Ses montagnes, qui ne sont pas fort élevées, fournissent des pierres d’aimant, et différentes espèces d’absinthe. Il y a une des ces montagnes si raide, et d’un accès si difficile, que dans les temps de guerre, les habitants s’y réfugient, et y sont dans un asile sûr : ils trouvent sur son sommet une campagne fort étendue, où ils peuvent demeurer tout le temps qu’ils veulent, pour se dérober à l’avarice et aux violences des soldats. Cette ville compte dans son ressort une ville du second ordre, et six du troisième.


OUEI KIUN FOU. Quatrième ville.


Cette ville, qui est bâtie sur les bords d’une rivière, est dans un pays sablonneux, et dont les terres sont moins fertiles que les autres terres de la province. Elle n’a que six villes du troisième ordre dans son ressort, qui n’est pas d’une grande étendue, parce qu’il se trouve resserré, de même que le territoire de Tchang te fou, par les provinces de Pe tche li, et de Chan si. Du côté de cette dernière province il y a quelques montagnes, le reste est un pays plat et assez bien cultivé.