Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



HOAI KING FOU. Cinquième ville.


Le territoire de cette ville est d’une très petite étendue ; elle est bordée au septentrion de montagnes, qui la séparent de la province de Chan si, et au midi elle a le grand fleuve Hoang ho ; aussi ne compte-t-elle que six villes du troisième ordre dans sa dépendance.

L’air y est doux et très sain, et le terroir également fertile produit en abondance tout ce qui est nécessaire à la vie. On y trouve des simples et des plantes médicinales en si grande quantité, qu’on en fournit abondamment la province.


HONAN FOU. Sixième ville.


Cette ville, qui porte le nom de la province, est placée au milieu des montagnes, et entre trois rivières. Les Chinois croyaient autrefois qu’elle était le centre de la terre, parce qu’elle est au milieu de leur empire. Les montagnes, dont elle est environnée n’empêchent pas que son terroir ne soit abondant et fertile. Elle est fort grande, fort peuplée, et son ressort est très étendu, car il contient une ville du second ordre, et 13 du troisième.

Une de ces villes, nommée Teng fong hien, est célèbre par la tour qu’y éleva le fameux Tcheou kong, où il avait accoutumé d’observer les astres. On y voit encore un instrument dont il se servait pour prendre l’ombre du midi, afin de connaître l’élévation du pôle, et de faire ses observations astronomiques. Il vivait plus de mille ans avant la naissance de Jésus-Christ, et les Chinois prétendent qu’il a été l’inventeur de la boussole.


NAN YANG FOU. Septième ville.


Le pays qui environne cette ville est fort beau, mais elle est située sur une assez petite rivière ; quoiqu’il soit d’une très grande étendue, il est d’une fertilité surprenante. Les vivres y sont dans une telle abondance, qu’on les a au plus vil prix, et que des armées nombreuses y ont demeuré un temps considérable, sans nuire à la subsistance des habitants.

La ville n’est ni grande, ni riche, ni fort peuplée. Elle est entourée de montagnes ; on tire de quelques-unes des pierres d’azur. On y trouve aussi en plusieurs endroits de ces sortes de serpents marqués de petites taches, dont j’ai déjà parlé, et que les médecins chinois emploient pour guérir de la paralysie. Elle a une vaste juridiction qui s’étend sur deux villes du second ordre, et sur six autres villes du troisième.