Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


minéral appelé hiung hoang, dont on fait des vases en sculpture, et que les médecins regardent comme un souverain remède contre toutes sortes de venins, contre les fièvres malignes, et contre les chaleurs contagieuses de la canicule, ils font tremper ce minéral dans le vin avant que de s’en servir. Il est de couleur rouge tirant sur le jaune, et marqueté de petits points noirs : il ressemble assez à du crayon.

On y trouve aussi de petites pierres bleues qui tirent sur le noir, et qui sont semées de petites veines blanches. Les Chinois prétendent qu’étant broyées, et réduites en une poudre très fine, c’est un excellent remède, et même qu’il prolonge la vie.

Les cerfs et les daims y vont par troupeaux ; on y voit quantité d’ours, de bœufs sauvages, et d’autres animaux semblables à des tigres, dont les peaux sont fort recherchées ; des espèces de chèvres dont on tire le musc, des bêtes à laine, dont la queue est fort longue et fort grosse, et dont la chair est d’un fort bon goût, sans parler d’une espèce singulière de chauve-souris aussi grosse que les poules, et dont les Chinois préfèrent la chair à celle des poules les plus délicates.

De la laine des brebis, et du poil des chèvres, on fait une étoffe fort jolie et fort recherchée : on ne se sert que du poil qui croît à ces animaux pendant l’hiver, et qui étant plus près de la peau, est plus délicat. Des oiseaux fort estimés pour leur beauté, et qu’on nomme poules d’or, sont aussi dans cette province.

Enfin on y trouve toutes sortes de fleurs : il y en a une surtout qui est fort estimée des curieux, et qu’ils appellent la reine des fleurs : elle est assez semblable à la rose, mais elle est plus belle, et ses feuilles sont plus larges, quoique l’odeur n’en soit pas si agréable ; elle n’a point d’épines ; sa couleur est mêlée de blanc et de rouge, il y en a aussi de rouge et de jaune. L’arbrisseau qui les produit ressemble assez au sureau. On cultive cette fleur avec un grand soin dans tous les jardins des seigneurs, mais il faut avoir la précaution de la couvrir dans les lieux où le climat est trop chaud, pour la garantir des ardeurs du soleil.


PARTIE ORIENTALE
DE LA PROVINCE DE CHEN SI, Y TONG


Première ville capitale.
SI NGAN FOU.


C’est après Peking une des plus belles et des plus grandes villes à qui soient à la Chine : elle est située dans une grande plaine, et où réside le tsong tou des deux provinces de Chen si et Se