Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/428

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il gouverna son État avec une égale sagesse, et donna avant sa mort un grand exemple de modestie, en laissant à ses ministres le choix d’un successeur, supposé qu’ils ne trouvassent pas dans son fils, assez de vertu et de mérite pour gouverner ses sujets. En effet, les ministres jetèrent les yeux sur le fils de Vo kia, nommé Nan keng, qui avait été relégué hors de l’empire.

Ce prince mourut la quatrième année de ce nouveau cycle, et Nan keng fut son successeur.


Cycle XVI. Année avant J. C. 1437.


NAN KENG. Quinzième empereur.
A régné vingt-cinq ans.


Il s’en fallut bien que ce choix fût généralement approuvé : Nan keng était du goût des ministres qui l’avaient placé sur le trône, mais les gouverneurs des provinces se déclarèrent pour le fils du dernier empereur. Il y eut deux puissants partis dans l’État, qui se firent une guerre cruelle : mais le parti de Nan keng, qui fut le plus fort, se maintint dans la possession de l’empire, et il transporta sa cour dans la province de Ho nan. Ce prince eut pour successeur Yang kia fils de Tsou ting.


YANG KIA. Seizième empereur.
A régné sept ans.


Les divisions dans la famille impériale firent naître bien des troubles dans l’État. Les princes tributaires commencèrent de se soustraire à l’obéissance qu’ils devaient à l’empereur et ensuite ils refusèrent ouvertement de payer le tribut. Ils étaient sur le point de rendre leurs petites souverainetés indépendantes, ce qui tendait au renversement de la monarchie, lorsque l’empereur mourut la trente-sixième année du cycle, et eut pour successeur Pouan keng son frère, qui s’empara du trône au préjudice de son neveu.


POUAN KENG[1]. Dix-septième empereur.
A régné vingt-huit ans.


Ce prince, tout usurpateur qu’il était, devint le restaurateur de l’empire par son mérite et par son application au

  1. Cet empereur fit changer de nom à cette famille, qu'il appela Yng, au lieu de Chang.