Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/427

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TSOU SIN. Douzième empereur.
A régné seize ans.


Les frères de l’empereur voulaient monter sur le trône, au préjudice de l’héritier légitime, en prétextant qu’ils étaient d’un âge plus mûr pour le gouvernement que leur neveu ; ils commençaient déjà à se faire des partisans, et ils auraient partagé les Grands de l’empire, et causé du trouble, si le colao Yen par son autorité et par son expérience, n’eût pas assoupi ce démêlé en maintenant le prince légitime dans la possession de la couronne.

Ce ne furent que les premières semences d’une ambition, qui éclatera bien plus dans la suite, lorsque sans égard aux lois de la justice, et sans écouter la voix du sang, on verra des princes usurper l’héritage de leurs propres neveux.

La mort de l’empereur arriva l’année septième de ce cycle, et Vo kia son frère lui succéda.


Cycle XV. Année avant J. C. 1497.


VO KIA. Treizième empereur.
A régné vingt-cinq ans.


Ce dernier empereur avait un fils nommé Tsou ting lequel ne put résister à son oncle, qui usurpa la couronne, et qui la conserva avec plus de bonheur qu’il ne le méritait. Le dessein de cet usurpateur, était de la faire passer à son fils ; mais ses mesures furent déconcertées par l’adresse du légitime héritier, lequel monta sur le trône aussitôt après la mort de Vo kia, qui arriva l’année trente-deuxième du cycle.


TSOU TING. Quatorzième empereur.
A régné trente-deux ans.


Tsou ting ne voyait pas sans un secret dépit, une couronne qui lui appartenait, sur la tête de son oncle ; il sut dissimuler son ressentiment, et eut l’adresse de s’insinuer tellement dans les bonnes grâces de l’usurpateur, qu’il mérita sa confiance et son amitié. Il prit de loin ses précautions avec tant de secret et de sagesse, qu’à l’exclusion de son cousin, fils du dernier empereur, il monta sur le trône, sans user de la moindre violence.