Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/530

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


encouragèrent une foule de brigands qui se rassemblèrent, et qui ayant attaqué l’armée impériale, la défirent et tuèrent quarante mille hommes. L’empereur fut contraint de prendre la fuite, et de se retirer dans la province de Se tchuen.


SO TSONG. Septième empereur.
A régné dix ans.


Ce fut vers la fin de la trente-troisième année du cycle que Hiuen tsong prit honteusement la fuite. So tsong se mit en possession du gouvernement, quoique son père fût encore en vie. C’était un prince guerrier qui avec le secours de son colao, nommé Ko tsou y, avait entièrement ruiné l’armée des brigands, et les avait fait disparaître.

La tranquillité ne fut pas plus tôt rétablie, qu’il fit revenir son père de la province de Se tchuen, et qu’il le conduisit dans le palais avec tous les honneurs dûs à son rang. Mais il ne goûta pas longtemps le repos que son fils lui avait procuré. Il mourut la trente huitième année du cycle, âgé de soixante-dix-huit ans.

Cependant Ngan lo chan avait pillé le palais de Tchang ngan, et avec les richesses qu’il avait transportées dans la province de Ho nan, il avait fait conduire une centaine d’éléphants et de chevaux, qu’on avait dressés à danser au son des instruments, et à présenter à l’empereur une coupe qu’ils tenaient dans leur bouche. Ngan lo chan voulut se procurer ce plaisir : mais comme ces animaux eussent refusé de le reconnaître pour empereur, on ne put jamais tirer d’eux ce qu’on souhaitait. Le rebelle en fut si outré, qu’il les fit tuer sur-le-champ.

La perfidie de ce traître qui s’était servi des bienfaits de son maître pour le perdre, ne fut pas longtemps impunie : il fut tué dans son lit par son propre fils. Le parricide fut massacré à son tour par Se mong général de l’armée, lequel voulant nommer pour héritier le dernier de ses enfants, fut tué pareillement par son fils aîné.

So tsong mourut la trente-neuvième année du cycle, et laissa la couronne à son fils Tai tsong.


TAI TSONG. Huitième empereur.
A régné dix-sept ans.


Les commencements de ce règne furent assez heureux, par les soins des ministres habiles auxquels l’empereur avait donné sa confiance. On força les rebelles à rentrer dans le devoir, et la tranquillité se