Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ment à l’intention de l’Auteur. Quoiqu’on ne doute point que tout ce que le Père du Halde a reçu des Missionaires de la Chine ne soit de la dernière exactitude, & que ce Père n’ait donné tous les soins possibles à l’Édition qui s’est faite à Paris ; il paroît néanmoins que les Personnes sur lesquelles il a dû nécessairement se reposer pour le soin d’exécuter bien de choses, n’y ont pas apporté une attention égale à la sienne. Par bonheur pour son Ouvrage, M. d’Anville, Géographe ordinaire du Roi, qui s’est déjà fait une belle réputation par son sçavoir, ainsi que par la propreté & la justesse de ses ouvrages, a bien voulu se charger des Quatre grandes Cartes générales. Ces Cartes, où l’on reconnoît d’abord la main d’un Maître, ont été dressées sur les mêmes Mémoires qui ont servi aux Cartes particulières, & sur les originaux de celles-ci, qui sont venus de la Chine. Quelle différence cependant des unes aux autres ! Mais, sans nous arrêter à faire voir la préférence que les premières, c’est-à-dire les Cartes de M. D’Anville, méritent à tous égards sur les particulières, qui ont été gravées à Paris par diverses mains moins habiles ; nous passons à ce que nous avons promis de dire touchant notre Édition.

Les Curieux qui voudront se donner la peine de confronter les deux Éditions, appercevront d’abord dans nos Cartes particulières des Provinces de la Chine, qu’on y a suppléé un grand nombre de Noms qui ont été oubliez dans celles de Paris, quoique les lieux mêmes y soient marquez dans leur juste position ; ils verront quantité de lieux ajoutez, les uns avec leurs noms, & d’autres sans noms, qui ne se trouvent point absolument dans les Cartes de Paris, surtout le long des routes qu’on y a tracées, quoique supprimées ou oubliées dans l’Édition de France : additions qu’on a cru nécessaires, pour rendre les Cartes plus exactement conformes à l’Ouvrage même, particulièrement aux Journaux des Voyages, & à la Table des Longitudes & des Latitudes qui se trouve dans le dernier Volume, il en est de même des Cartes particulières de la Tartarie, dans lesquelles nous avons de plus distingué, autant qu’il a été possible, non seulement les limites générales de ce vaste Pays, principalement aux endroits où il confine avec les Tartares soumis à la Russie ; mais aussi celles qui séparent les quatre Nations principales qui reconnoissent la domination de l’Empereur de la Chine, les Mantcheoux, les Mongols ou Mongous, les Kalkas & les Eluths ou Calmoucs. Nous avons aussi