Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dans l’Édition de Paris, se trouvent dans la notre, conformément à l’endroit cité, & à la Carte générale. Mais quoique cette dernière ne marque point les Bannières des Tartares Kalkas, nous n’avons pas hézité à indiquer celles qui doivent entrer dans cette feuille. Elles au nombre de sept, & leur position ainsi que celle du Lac ou Étang Tuené Omo a été déterminée sur ce que l’Auteur en rapporte à la page 505. du IV. Tome. Un supplement plus considérable encore, c’est la route que tirent les Commissaires de l’Empereur en 1698. pour aller tenir les États des Kalkas. La description de ce long & pénible voyage commence à la page 483. du dernier Tome ; mais on ne trouve dans cette Carte que ce que le Père Gerbillon en dit, depuis la page 497. jusqu’à la 507°, Horohon-pirai-poro-bojo, Habirhan, Paroltchi-tou-nor, Anghirta-fira-pouritou-nor, Iptartai-nor, Queigben-elesou, Hoeitou-tafihao-nor, Tchaptou-nor, Pouir-y-oulan-ergui, Kerlonni-altroi-emou, endroits où les Commissaires passerent, sont exprimez dans la Carte générale & dans le Journal du Père Gerbillon, mais il n’en paroît pas la moindre trace dans la Carte de l’Édition de Paris. L’endroit où se tint la première Assemblée des États Kalkas sur la rivière d’Ourson, ainsi que les rivières de Hara-oussou, & de Houdou étant pareillement omis sur cette route, nous y avons remédié en distinguant le premier par une tente, avec une explication historique à côté, & en suivant, pour les deux dernières, le Journal pag. 497. & 498. du IVe Tome. Le petit bout de route qu’on voit au bas du titre de cette Feuille, fait partie de celle que firent les Pères Gerbillon & Pereyra en 1689. & l’on peut voir là-dessus la page 205. du même Tome. C’est à la page 19. de ce même Tome encore, que nous avons pris la remarque ajoutée aux rivières d’Arom dans le Pays de Solon, de Nemer dans celui de Tagouri, de Song & de Corsin qui se jettent dans le fleuve Saghalien-oula, que l’on y pèche des perles : addition qui ne paroîtra pas superflue, vu sa singularité. Outre le nom du Gouvernement de Kirin-oula, nous avons aussi ajouté le nom & la position de Nouchon cajan, sur le fleuve Songari-oula, suivant le Catalogue des Longitudes & des Latitudes Tome IV. pag. 605. Les routes enfin qui passent par le Gouvernement de Kirin-oula, par le Pays des Mongous & celui de Tagouri ont été tracées sur la Carte générale.