Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/159

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène II



La Courtisane

Ô songe,
Que mon âme dans tes flots plonge !

… Salut, solitude nocturne,
Désert de l’ombre taciturne !
Salut, silence,
Vastitude de la nuit immense,
Solitude silencieuse,
Infinie, hallucinante, délicieuse.
Silence solitaire,
Ô toi favorable au mystère,
Paix divine où l’esprit se reconnaît,
Paix divine, divine paix !
Oui, je me revois telle que je suis ;
C’en est fait des vains ennuis ;
Il n’est plus, le voile qui me couvre ;
Je me retrouve et me découvre ;
Je m’éveille du sommeil de la vie blême ;
Je suis moi-même