Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/255

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
237
LA FIN D’ANTONIA

Garde quelque chose d’humain !
Maudite soit en moi la femme !
Sois maudite, âme
De la femme !
Que le soleil ne renaisse plus !
Que l’heure dernière sonne aux cieux éperdus !
Que le néant
À jamais monte de l’océan !
Je maudis la lumière ;
Je te maudis, ô terre ;
Nuit austère,
Ouvre-toi !
Solitude, aie pitié de moi !
Silence, engloutis-moi !
Le repos, le repos, le repos,
Je ne veux que le repos ;
Descends, repos !
Prends mon âme, mon cœur, ma chair,
Prends-moi tout entière !
J’ai trop de vivre, trop de chercher, trop de gémir
J’ai trop de l’existence et du désir :
Je veux finir.
… Voix de ma conscience
Qui retentis en le silence,
Esprit
Qui t’illumines dans l’infini
De la montagne et de la nuit,
C’est l’instant de répondre ;