Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/254

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
236
LA LÉGENDE D’ANTONIA

Quelque chose d’imprévu
Depuis ce soir en mon être remue ;
Oh ! comment ? oh ! pourquoi ?
Du plus profond de moi
S’éveille
Une merveille…
… Ah ! dans mon sein
Qu’est-ce qui a frémi soudain ?

D’un brusque mouvement, elle a porté ses deux mains sur son ventre, comme dans un pressentiment de la maternité qui s’y cache…

Et, avec un cri d’angoisse, elle sursaute…

Assez ! assez ! assez !
Assez de tout le passé !
Assez de l’humanité !
Assez
D’avoir été femme, assez
De tout ce par où j’ai passé !
Si l’amour
A troublé mes jours,
Que maudit soit l’amour !
Que maudit soit mon cœur,
Si mon cœur
Peut me ramener à l’ancienne erreur !
Que maudit soit mon sein,
Si mon sein