Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/142

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Connais-tu le pays ombreux
Des grands midis silencieux
Où de folles gloires sanglotent,
Où chuchotent
Les passés les plus radieux,
Cette Espagne où nos âmes flottent ?