Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/185

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


TE SOUVIENT-IL…


THÈME


 
Te souvient-il, ô la plus douce des femmes,
De notre printemps puéril,
Te souvient-il
Des rêves que nous échangeâmes ?

Non, dans ton âme.
Dans ton cœur subtil,
Il ne peut se rompre, le fil
Par qui tous deux nous nous liâmes !

Je veux,
Tandis que la brume monte dans les cieux,
Dire un refrain de choses passées ;

Oh ! souviens-toi !
Mes pensées
S’extasient de songer aux autrefois.