Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/195

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’EST ASSEZ POUR VOUS RENDRE FOU


On raconte que l’on proposa un jour à Beethoven quatre-vingts ducats pour composer des variations sur une valse de Diabelli. La valse de Diabelli était une très vulgaire « rosalie », et Beethoven refusa. Mais, un jour de bonne humeur, il se ravisa et écrivit, sur le pauvre motif, non pas cinq ou six, mais une œuvre de trente-trois variations (Op. 120), enseignant ainsi aux artistes que le plus humble motif suffit quand une émotion s’en empare.


THÈME


Un joli matin de printemps,
De fraîches chansonnettes
Vagabondaient dans les champs ;
Colas allait près de Colette,
Elle quinze et lui seize ans ;
Elle s’arrêta tout à coup