Page:Dumas - Georges, 1848.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sortir des règles imposées par les convenances générales. Cependant, l’isolement du bord, l’exiguïté du terrain sur lequel ils se croisaient chaque jour, l’attrait naturel que deux hommes du monde éprouvent naturellement l’un pour l’autre, les avaient bientôt rapprochés ; ils avaient échangé d’abord quelques paroles insignifiantes, puis leurs conversations avaient pris un peu plus de consistance. Au bout de quelques jours, chacun des deux avait reconnu son compagnon pour un homme supérieur, et s’était félicité d’une rencontre pareille dans une traversée de plus de trois mois ; enfin, en attendant mieux, ils s’étaient liés de cette amitié de circonstance qui, sans racines dans le passé, devient une distraction dans le présent, sans être un engagement pour l’avenir. Alors, pendant ces longues soirées de l’équateur, pendant ces belles nuits des tropiques, ils avaient eu le temps de s’étudier l’un l’autre, et tous deux avaient reconnu qu’en art, en science, en politique, ils avaient, soit par investigation, soit par expérience, appris tout ce qu’il est donné à l’homme de savoir. Tous deux étaient donc restés constamment en face, comme deux lutteurs de même force ; et dans cette longue traversée, un seul avantage avait été donné au premier de ces deux hommes sur le second : c’est que dans un grain qui assaillit la frégate, après avoir doublé le cap de Bonne-Espérance, et dans lequel le capitaine du Leycester, blessé par la chute d’un mât de perroquet, avait été emporté évanoui dans sa cabine, le passager aux cheveux blonds s’était emparé du porte-voix, et s’élançant sur le gaillard d’arrière, avait, en l’absence du second, retenu dans son hamac par une maladie grave, avec la fermeté d’un homme habitué au commandement et la science d’un marin consommé, ordonné à l’instant même une suite de manœuvres à l’aide desquelles la frégate avait conjuré la force de l’ouragan ; puis le grain passé, son visage, un instant resplendissant de cet orgueil sublime qui monte au front de toute créature humaine luttant contre son créateur, avait repris son expression ordinaire. Sa voix, dont le timbre éclatant s’était fait entendre au-dessus du roulement du tonnerre et du sifflement de la tempête, était redescendue à son diapason ordinaire ; enfin d’un geste aussi simple que ses gestes précédents avaient été poétiques et exaltés, il avait remis au