Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Aïe ! aïe ! aïe !

Au reste, aujourd’hui encore, les voix sont partagées sur cette grande question, aucun des deux partis n’ayant voulu céder. Et la seule chose sur laquelle les diantristes et les aïstes soient demeurés d’accord, le seul fait qui soit resté incontestable, c’est que la princesse Pirlipate mordit le grand chancelier au doigt. Le pays apprit dès lors qu’il y avait autant d’esprit qu’il se trouvait de beauté dans le charmant petit corps de Pirlipatine.

Tout le monde était donc heureux dans ce royaume favorisé des cieux. La reine seule était extrêmement inquiète et troublée, sans que personne sût pourquoi. Mais ce qui frappa surtout les esprits, c’est le soin avec lequel cette mère craintive faisait garder le berceau de son enfant. En effet, toutes les portes étaient non-seulement occupées par les trabans de la garde, mais encore, outre les deux gardiennes qui se tenaient toujours près de la princesse,