Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


déroger ; or, comme on le comprend bien, dans cette circonstance solennelle, elle ne voulut point refuser à sa jeune amie ce qu’elle demandait, et lui dit :

— Avancez, dame Souriçonne, avançez hardiment, et venez, je vous y autorise, goûter mon lard tant que vous voudrez.

Aussitôt dame Souriçonne apparut gaie et frétillante, et, sautant sur le foyer, saisit adroitement avec sa petite patte les morceaux de lard que la reine lui tendait les uns après les autres.

Mais voilà que, attirés par les petits cris de plaisir que poussait leur reine, et surtout par l’odeur succulente que répandait le lard grillé, arrivèrent, frétillant et sautillant aussi, d’abord les sept fils de dame Souriçonne, puis ses parents, puis ses alliés, tous fort mauvais coquins, effroyablement portés sur leur bouche, et qui s’en donnèrent sur le lard de telle façon, que la reine fut obligée, si hospitalière qu’elle fût, de leur faire observer que, s’ils allaient