Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à lui, résolut de mettre le temps à profit, et, ayant trouvé par bonheur des places à la malle-poste, il partit à l’instant même.

Or, comme l’astrologue était exilé, et qu’il lui était aussi égal d’aller à Nuremberg qu’ailleurs, il partit avec le mécanicien.

Le lendemain, vers les dix heures du matin, ils étaient à Nuremberg. Comme il ne restait à maître Drosselmayer d’autre parent que Christophe-Zacharias Drosselmayer, son frère, lequel était un des premiers marchands de jouets d’enfants de Nuremberg, ce fut chez lui qu’il descendit.

Christophe-Zacharias Drosselmayer eut une grande joie de revoir ce pauvre Christian qu’il croyait mort. D’abord, il n’avait pas voulu le reconnaître, à cause de son front chauve et de son emplâtre sur l’œil ; mais le mécanicien lui montra sa fameuse redingote jaune, qui, toute déchirée qu’elle était, avait encore conservé en certains endroits quelque trace de sa