Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un bruit qui semblait venir du coin de la chambre, mêlé de sifflements aigus et de piaulements prolongés.

— Hélas ! s’écria Marie, qui reconnut ce bruit pour l’avoir entendu pendant la fameuse soirée de la bataille, hélas ! voilà les souris qui reviennent. Maman, maman, maman !

Mais, quelques efforts qu’elle fit, sa voix s’éteignit dans sa bouche. Elle essaya de se sauver ; mais elle ne put remuer ni bras ni jambes, et resta comme clouée dans son lit : alors, en tournant ses yeux effrayés vers le coin de la chambre où l’on entendait le bruit, elle vit le roi des souris qui se grattait un passage à travers le mur, passant, par le trou qui allait s’élargissant, d’abord une de ses tètes, puis deux, puis trois, puis enfin ses sept têtes, ayant chacune sa couronne, et qui, après avoir fait plusieurs tours dans la chambre, comme un vainqueur qui prend possession de sa conquête, s’élança d’un bond sur la table, qui était placée à côté du lit de la