Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/200

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


jusqu’au souvenir, comme s’il était aussi chose volée, et rougit sous un noble sentiment comme un noble criminel.

Pravdine ne se souvint plus de quelle manière il était sorti de la chambre du prince Pierre ; lorsqu’il rassembla ses idées, il était déjà sur la frégate, et, au cri du maître d’équipage qui ordonnait de lever l’ancre, les matelots répondaient par des hourrahs retentissants. Pravdine retira de sa main crispée une carte que la princesse Flora y avait glissée au moment de la séparation ; mais, avant de la lire, il la tint longtemps pressée contre ses lèvres.



IX. Les deux amis


La frégate l’Espérance s’en allait doucement, longeant les côtes du Devonshire. Les clochers de Plymouth et les mâts des vaisseaux de son port semblaient s’enfoncer sous l’eau. De pittoresques points de vue, éclairés d’arbres, paraissaient, disparaissaient