Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

fer, et notre cœur se serra de terreur, et nous nous écriâmes toutes pleines d’angoisse, lorsqu’il nous dit, en nous éclairant avec une bougie, que nous étions maintenant juste au-dessus de la sainte-barbe, au centre du vaisseau. Il me semblait que toutes les gargousses, avant qu’il nous eût bien avoué qu’elles étaient enfermées dans des caisses, prenaient feu et éclataient autour de nous, et qu’au lieu d’air nous respirions des flammes. Je n’ai pas besoin de te dire avec quelle prestesse et quelle légèreté je m’élançai hors du cratère de ce volcan endormi.

— Ah ! je vois bien, mesdames, nous dit le capitaine, que vous avez peur de sauter !

Je regardai le capitaine.

Un regard de tels yeux, et je ne sais pas un cœur qui ne saute au ciel.

Jusque-là, les manœuvres étaient les mêmes. La flotte voguait vers la pleine mer. Les rivages semblaient s’enfoncer.

Sur l’ordre de l’amiral, transmis par les signaux, les bateaux se rangeaient sur deux lignes, viraient