Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tant l’équilibre qui lui manquait, saisit la table entre ses mains avec la même énergie qu’un homme qui se noie, dans une inondation, saisit une planche, qu’il regarde, selon l’expression française, comme sa planche de salut.

En ce moment, entra dans le salon commun le lieutenant de quart. Son camarade, restant sur le pont à sa place, lui avait donné congé pour souper.

En enlevant son manteau, tout trempé par la pluie, il aperçut Stettinsky cramponné à la table, et se mit à rire.

— Eh ! eh ! Flogiston‑Khininovitch  ! il me semble que tu n’es pas dans ton assiette ordinaire. Prends garde, cher ami ! à force de verser du vin dans ton estomac, tu vas mouiller jusqu’à ta trousse !

— N’ayez pas de crainte, répondit le médecin en lâchant la table et en se servant de ses bras comme un danseur de corde fait d’un balancier, je conserve mes instruments dans l’esprit‑de‑vin.

— Bon moyen, dit le lieutenant en avalant un