Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

que la nature te présente une bouteille, et, au lieu d’un cent millionième de goutte, tu prends d’un seul coup tout son contenu. Sapristi ! d’après le système de Hahnemann, docteur, vous prenez en une soirée assez de vin pour enivrer tous les poissons du golfe de Finlande pendant cinquante ans. Mais le diable est si fin, qu’il s’arrange toujours de manière à nous faire tomber dans le piège les yeux fermés. Aussi, je vous adresse une prière, digne petit‑fils d’Esculape : au lieu d’attraper les mouches et de manquer les bouteilles comme vous faites, veuillez fouiller dans l’arche de la science et y chercher quelque moyen efficace contre la folie.

— Avez-vous l’intention de suivre une cure ? demanda le docteur, tandis que son visage se ridait pour exécuter ce qui, en temps de carême, eût pu passer pour un sourire.

— Eh ! eh ! Flogiston‑Hippocratovitch, en vérité, l’on pourrait croire que c’est à jeun que tu as trouvé cette question ; mais, pourtant, je te redemande de nouveau la même chose : tu es en ce moment dans un état d’exaltation et dans une température élevée ;