Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/50

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

nous damions le pion même aux Anglais, comme nous avons fait l’an dernier dans la Méditerranée. Per Bacco e signor diavolo ! Je suis prêt à boire de l’eau pure et à manger du pain sec pendant six mois pour guérir mon pauvre Élie.

Stettinsky parlait de son côté médecine, n’écoutant pas le lieutenant. Le vin faisait ressortir les passions de l’un et de l’autre, comme il fait voir dans un verre de cristal ou les défauts ou les ornements.

— Il faut commencer la cure par les émollients, disait le docteur : crème de tartre, madère, sangsues ; puis on peut encore essayer de l’ordonnance du célèbre docteur romain Anacharète, qui coupait les pieds pour guérir des cors et les mains pour les délivrer des verrues ; il faut couper, couper, morbleu ! et faire des frictions sur le cœur avec de l’esprit-de-vin.

Le fils d’Esculape, dès le commencement de son discours, avait été frappé de paralysie par le dieu du sommeil, sort qui eût menacé ses auditeurs s’il en eût eu. Sa tête était tombée sur sa poitrine, ses mains s’étaient abaissées et tombaient inertes de