Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/148

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
142
un monde

piastres. Beaucoup de petits négociants recherchèrent dès ce moment son amitié, et tout le monde l’appela don Antonio. L’administrateur de la douane, qui avait bien gagné quinze mille piastres à cette capture, regrettait néanmoins les cinq mille piastres comptées au garde Antonio, et cherchait un moyen de rattraper cette somme. Il invita donc son heureux employé à venir passer la soirée chez lui ; puis, une fois qu’il le tint dans son salon, il lui proposa une partie de cartes pour tuer le temps. Antonio n’eût garde de refuser un pareil honneur, et le jeu commencé sur une petite échelle s’éleva à une telle hauteur, qu’avant la fin de la nuit l’administrateur perdait environ quinze mille piastres.

Le lendemain fut fixé pour la revanche et à la fin de ce deuxième combat, Antonio